De la suite dans la presse…

Chimie Show
Le lien du site internet de Sud Ouest avec l’article.
Le voici : http://www.sudouest.fr/2011/09/02/l-art-rencontre-la-science-488368-3200.php

La saison prendra son élan le 23 septembre à l’occasion d’une soirée placée sous le signe des sciences. Tous les intervenants culturels talençais seront au rendez-vous.

Patrick Villega, premier adjoint au maire, en charge de la culture, et Lucile Badin, responsable du service culturel municipal, dévoilent les contours de la nouvelle saison, dont le lancement sera effectué entre Peixotto, la médiathèque, le Haut- Carré et le Forum.« Sud-Ouest ». Quels sont les axes de la nouvelle saison ?

P. Villega et L. Badin. C’est une année d’évolution ; nous étions à la recherche d’une véritable identité culturelle, en même temps que de la manière de l’insérer dans celle de la métropole bordelaise. Jusqu’à maintenant, nous proposions des manifestations plutôt talenço-talençaises.

Cette identité se fait aussi avec la volonté d’établir des passerelles avec l’Université des sciences qui est au cœur de la ville. Un travail a été effectué autour des associations estudiantines, dont une qui s’occupe particulièrement de la médiation des sciences.

Culture et sciences, le rapprochement vous semble-t-il d’évidence ?

Il y a une désaffection des jeunes pour les carrières scientifiques. À nous aussi de participer à ce travail de diffusion des sciences. Nous allons travailler avec Cap-Sciences Bordeaux.

Notre soirée d’ouverture est associée avec la Nuit des chercheurs, une opération menée dans de nombreuses villes européennes ; ce sera le fil rouge. Mais il y aura d’autres spectacles traditionnels… et puis la culture ce n’est pas toujours de la musique et un nez rouge ! Démocratiser la culture, cela ne veut pas dire la vulgariser ou l’abaisser.

Quel sera le point fort de cette soirée d’ouverture ?

La Smart Compagnie (de 21 heures à 23 heures, à Peixotto) qui proposera un spectacle d’arts mêlés, avec arts de la piste, musique et poésie, accompagnée par les comédiens de la compagnie Ocet. Il s’agit d’une déambulation dans le parc, mêlant conversations circassiennes (relative au cirque, NDLR) et des numéros. Ce spectacle est rythmé par la musique et par des textes liés à l’univers poétique du cirque.

Quid de l’aspect scientifique de cette soirée ?

En partenariat avec l’Université Bordeaux 1, Cap-Sciences et Beaux- Arts Développement, comme dans 150 villes d’Europe, des scientifiques vont aller à la rencontre du public pour raconter qui ils sont et ce qu’ils font. Plus de 5 000 chercheurs travaillent au quotidien sur l’agglomération pour les innovations de demain. Au cours de cette soirée, ceux de Talence sortiront de leurs laboratoires afin de faire partager leur univers au public, à l’Agora du Haut-Carré et à la médiathèque Castagnéra.

Comment définir une action culturelle « dans la métropole » ?

Nous essayons de mutualiser nos actions avec les communes voisines et notre traditionnelle réunion TGV (Talence, Gradignan, Villenave-d’Ornon) nous permettra d’aborder cette problématique. Économiquement, en outre, une commune ne peut plus rester à l’intérieur de ses limites.

presse-jean-luc-f


Art et Sciences

Exposition Jean-Luc Feugeas

Les brouillons au coeœur de rencontres plastiques.

L‘exposition de rentrée du Forum des arts et de la culture, placée sous le signe de la culture scientifique (voir « Sud Ouest » du 2 septembre) a été inaugurée mardi 6 septembre avec un concert multimédia, mêlant saxophone, batterie et sculpture vidéo.Intitulée Draft (1), cette exposition, initiée par le Forum et soutenue par Cap Sciences et Beaux Arts Développement, se présente comme un « brouillon de culture » entre exposition, performances et rencontres.

L’artiste Jean-Luc Feugeas, par ailleurs chercheur à l’université, y expose son travail de peinture ainsi que des brouillons de scientifiques comme des experts-comptables, architectes et autres artisans. Il utilise plusieurs techniques et matériaux tels que l’acrylique, la bombe, la craie grasse, la terre ou le sable et pratique la couture et le collage d’éléments de récupération comme du papier, du caoutchouc, des articles scientifiques, des journaux, des livres, des plans technologiques, des brouillons ou des radiographies médicales.

Comme l’a précisé Bernard Pradier, conseiller pédagogique de l’Éducation nationale, « le brouillon est le reflet d’un chemin de pensée », devant les enseignants qui feront travailler les enfants à partir de cette exposition.

Durant deux mois, jusqu’au 5 novembre, de nombreuses performances et actions vont se dérouler avec, notamment, le 23 septembre prochain, la Nuit des chercheurs qui proposera une visite nocturne à la lampe torche à partir de 23 heures.

L’exposition est ouverte, jusqu’au 5 novembre, du mardi au samedi, de 13 heures à 19 heures.

Patricia Delage

(1) Terme anglais signifiant brouillon, ébauche d’un document à caractère scientifique. Renseignements : tél. 05 57 12 29 00.

art-sciences

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s