Bordeaux Varna

 Suite à l’accueil à l’espace29 de Neno Belchev le 27 juillet 2007 à l’espace29 et en collaboration avec Svetlozar Simeonov Simon, commissaire d’exposition, fondateur de l’association Moga, Znam, Tvoria, Bordeaux et Varna se rapprochent.

projection espace29 de la video de Neno Belchev

Imge de la vidéo de Neno Belchev « Deep Silence »

Ainsi, grâce au soutien de la Fondation Européenne de la Culture (FEC), Anne-Karine Peret, fondatrice de l’Espace29 est partie à Varna du 14 au 19 août 2007 pour évaluer les échanges possibles entre la Bulgarie et la France, visiter les lieux d’accueil de résidences artistiques.

Lors de ce déplacement de nombreux contacts ont été établis, la publication d’un rapport fait état de ces rencontres, ci-après.

PARTENAIRES

Ville de Varna // en Bulgarie

Fondation Européenne de la Culture (FEC)

English report

Schedule

 

Tuesday the 14th of august Arrival in Varna about 18h00 Meeting with Margarita Dimitrova, director of the association Moga, Znam, Tvoria, who presents the association and its future aims.

Visit of Varna and preparation of the last details and changes in the programme for the following days with M. Simeonov-Simon, founder of the association Moga, Znam, Tvoria, who will be my guide and translator during my stay.

Wednesday the 15th of august Meeting with Neno Belchev (whom we recently received in our place in Bordeaux, the Espace29, with the support of the European Cultural Foundation, for a conference and a projection of videos of contemporary bulgarian artists).

 

Visit of different towns 200 kilometers south from Varna, inside Bulgaria, for a project of residence for artists in the village of Kamen Briag where I meet a photographer who lives there.

Invited for the regional celebration of the city of Varna organised by the city council with my host Simeonov-Simon and Mrs Plamenka Vankova, director of the international relations department, in charge of european integration for the city council.

 

Thursday the 16th of august Meeting with Mrs Kratchunova, principal of the National College for Arts and Letters ; visit of the buildings with worshops and a gallery included, analysis of the school programmes.

Meeting with Mrs Lili Halatcheva, president of the association Moga, Znam, Tvoria.

Meeting with M. Rumen Serafimov, art critic, director of the Guergui Velchev gallery, founder of the August Vizkustvoto festival

See : http://www.augustinart.com/

 

Friday the 17th of august Presentation of the Espace29 at the Guergui Velchev gallery with a slide show of the creations of the resident artists from Espace29 in Bordeaux.

Meeting with bulgarian artists and round-table conference with Stefka Georgieva, Neno Belchev, Garo Kechichan, having a friendly drink in the gardens of the gallery afterwards.

 

Saturday the 18th of august Meeting with M. Amor Yaouni Armand, regional director in charge of the development of the association Petits Débrouillards in Toulouse, France, invited by M. Simeonov-Simon, with the purpose of founding an amateur multimedia festival for the european youth.

 

Sunday the 19th of august Leaving Varna, back to Bordeaux.

Special thanks to M. Svetlozar Simeonov-Simon for his great help and the organisation of my stay in Varna , to Mrs Lili Halatcheva, president of the association Moga, Znam, Tvoria and Mrs Margarita Dimitrova, director, for their reception in Bulgaria.

 

Synthesis

The different meetings I had with people from official institutions, associations, companies, art galleries and with Bulgarian artists in Varna, allowed me to get a clear picture of Bulgaria’s current cultural policy. During this four-day stay, the main issues appeared to be the lack of workshops for artists, the fear of an hegemonic Western way of thinking for art and culture and the predominance of the technique over the concept in the art schools’ teaching.

Lots of locations which were previously residences for artists have been closed, since Bulgaria’s opening up to liberal economy and the massive arrival of big investors.

 

The raising of prices due to foreign investments, implied that artists just can’t afford to rent a workshop. Some therefore move to the country and generally disconnect from the world of creation, whilst others are already investing their own money to create residences which give a few the possibility to live and work in a more dynamic environment. However, the lack of means and the precarious conditions in these type of structures do not allow them to develop and to establish a European agreement.

 

Artists in the urban areas have mixed feelings. There is the fear of a Western cultural hegemony and the denial of their specific identity ; they distrust Western interlocutors.

 

Fast and careless changes in the city and on the coast are tearing apart the Bulgarian patrimony. The gradual disappearance of the use of the Cyrillic alphabet, for example, is deeply affecting writers, intellectuals and artists.

Europe, at this point, should try to give means to integrate those differences rather then deny them. European Cultural Foundation should keep the dialogue alive : the creation of a multicultural platform can help mix the cultures in a closer and more convivial way. Bulgaria is an opening to the East, which can be enriching to Europe.

 

I have discussed these issues with different people involved in the development of contemporary art in Varna and some solutions came up. My experience as fundator of Espace29 and as coordinator for three years of the event Opendoors, openeyes in Bordeaux, makes me believe that such projects can easily work somewhere else. For instance, a circuit could be organised during which artists would open their workshops to the audience. That is one of the possibilities to develop culture in Varna and to improve the image of Varna (and Bulgaria) in Europe.

 

We met M. Lhotte, general director of the Société Générale. The project of exchange of artists between Bordeaux and Varna does not appeal to him. The Société Générale is currently developing another exchange programme for students between Sofia and Paris and doesn’t want to invest in a partnership in order to create residences for artists in Bordeaux and in Varna. Nevertheless, M. Lhotte is interested in our proposition to create a prize for the young creation Société Générale but he wants a prize limited to Varna and local artists with a lower investment.

 

I spent a long time in the cultural development and I am really surprised by the way great foreign companies such as Société Générale can despise such projects. The Société Générale is the third bank in France and has recently inaugurated its collection of contemporary works of art in Paris. There is no Bulgarian work in it.

 

A very positive point is the fact that the practice of art is included in Bulgarian school programmes. For instance, drawing or sculpture are taught in early grades in the National College for Arts and Letters music. Technique is a priority and the choice of common themes helps put the art in practice. Art is a real link between the different classes, teachers and students. There is a gallery in the college where everyone, teachers and students, can show their work. There is a deep union between teachers, a certain search for excellency. This college is a specific one as it is a National College, like our art schools in France, but conceptual art is not really taught which makes it difficult to form contemporary artists. Mrs Kratchunova, the college’s principle, wishes to find a structure in France for a project about sustainable development which would allow an exchange between students, artists in workshops and teachers.

Far from being a major difficulty, the differences between our two cultures offer wide work possibilities by mixing everyone’s wills and abilities. A longer stay would allow the realisation of concrete projects in the following months in order to develop the intercultural dialogue.

Eastern countries, Bulgaria in particular, are blank pages as far as contemporary art is concerned. Closer collaborations between the artists and the persons in charge of culture would strengthen the dialogue and allow them to create an actual scene for contemporary art in Bulgaria and other Eastern countries.

 

Rapport en français

Programme

 

Mardi 14 Août

Arrivée à Varna vers 18h00

Rendez-vous avec Margarita Dimitrova, directrice de l’association Moga Znam Tvoria. Présentation de l’association et analyse des objectifs futurs.

Visite de la ville de Varna et préparation du programme avec les derniers détails et des changements pour les jours suivants avec Monsieur Simeonov-Simon, fondateur de l’association Moga, Znam, Tvoria, l’accompagnateur et traducteur durant mon séjour sur place.

 

Mercredi 15 Août

Rendez-Vous avec Neno Belchev (que nous avions accueillis récemment, grâce au soutien de La Fondation Européenne de la Culture à l’Espace29 pour une conférence avec une projection vidéo des artistes contemporains bulgares.

 

Visite d’autres villes à 200km au sud de Varna, à l’intérieur de Bulgarie, pour un projet de résidences dans le village KAMEN BRIAG et d’un artiste photographe sur place.

 

Invitée à la Fête Régionale de la ville de Varna organisée par la Mairie en compagnie de mon hôte Monsieur Simeonov-Simon et Madame Plamenka Vankova, Responsable des Relations Internationales, chargée de l’Intégration Européenne auprès de la Mairie de Varna.

 

Jeudi 16 Août

Rendez-vous avec Madame Kratchunova, directrice du Lycée National des Arts et des Lettres, visite de l’école, des ateliers de production et de la galerie au sein de l’établissement, analyse des programmes d’enseignement.

 

Rencontre avec Madame Lili Halatcheva, présidente de l’association Moga, Znam, Tvoria.

 

Rencontre avec Monsieur Rumen Serafimov, critique d’art, directeur à la galerie Guergui Velchev, fondateur du Festival August Vizkustvoto

http://www.augustinart.com/

 

Vendredi 17 Août

Présentation de l’Espace29 à la galerie Guergui Velchev, diffusion de photos des créations réalisées par les artistes résidents de l’Espace29 à Bordeaux, France. Rencontre avec les artistes bulgares et table ronde avec Stefka Georgieva, Neno Belchev, Garo Kechichan, pot d’amitié après la conférence dans le jardin de la galerie.

 

Samedi 18 Août

Rencontre de Monsieur Amor Yaouni Armand, directeur régional et chargé de développement de l’association Petits Débrouillards à Toulouse, France, invité par Monsieur Simeonov-Simon, dont le but de sa visite est de fonder à Varna un festival multimédia amateur pour les jeunes d’Europe.

 

Dimanche 19 Août

Départ de Varna, Bulgarie

Je remercie vivement Monsieur Svetlozar Simeonov-Simon d’avoir organisé mon séjour, Madame Lili Halatcheva, présidente de l’association Moga Znam Tvoria et Madame Margarita Dimitrova, directrice de l’association, pour leur accueil sur place.

 

Synthèse

Les divers rendez-vous obtenus dans les institutions, associations, entreprises, galeries et avec les artistes bulgares à Varna m’ont permis d’avoir un aperçu de la politique culturelle en cours. Ce bref séjour de 4 jours, voyage éclair, a mis en évidence quelques constats, la crainte de l’hégémonie occidentale, le manque d’ateliers pour les artistes et la force de la formation technique au service de la conception artistique.

 

L’arrivée massive d’investisseurs depuis l’ouverture à l’économie libérale a causé la fermeture de nombreux lieux consacrés à l’accueil des artistes dans la ville de Varna. Ceux-ci se replient en campagne pour des raisons économiques. Certains se coupent totalement du monde de la création et d’autres tentent le tout pour le tout en investissant leurs propres deniers, afin de créer des résidences d’artistes. Les moyens sont suffisants, les conditions de résidences d’artistes dans ces structures indépendantes sont précaires et ne permettent pas pour le moment d’agrément européen. Mais leur volonté de créer des espaces d’accueil mériterait que l’Europe s’y penche.

 

Les témoignages que j’ai pu recueillir en milieu urbain sont mitigés. Les artistes craignent essentiellement l’hégémonie de la culture occidentale et la négation de leur identité artistique. Leur raisonnement est conforté par la transformation rapide de leur ville et de la côte au détriment de leur patrimoine. L’abandon progressif de l’alphabet cyrillique sur les panneaux publicitaires semble toucher les artistes et personnalités du milieu littéraire, ainsi que toutes les têtes pensantes. L’Europe s’enrichirait de ces différences si elle les intégrait plutôt que de les nier ou d’imposer un seul modèle (latin).

 

La conséquence directe de ces investissements est la flambée des prix et les artistes manquent cruellement d’ateliers de production. Ils produisent donc chez eux et semblent forts désappointés par ces conditions. Ils témoignent d’une grande méfiance à l’égard des interlocuteurs occidentaux.

 

C’est pour cette raison qu’il me semble que la Fondation Européenne de la Culture a un rôle primordial dans ses actions de dialogue via les arts. Créer cette plate-forme multi-culturelle semble la meilleure idée dans le but de rapprocher les différentes cultures sur un plan plus étroit et convivial. La Bulgarie située à l’Est de l’Europe est une porte ouverte sur l’orient. Cela constitue pour l’Europe une de ses richesses.

 

En discutant avec divers protagonistes impliqués dans le développement de l’art contemporain à Varna en Bulgarie, quelques solutions semblent se profiler. Mon expérience à Bordeaux en tant que gestionnaire de l’Espace29, mais aussi ma pratique de la coordination pour la manifestation « Opendoors Openeyes » pendant ces trois dernières années, m’ont permis de témoigner de la réussite de certains projets, qui pourraient facilement se réaliser à l’étranger et notamment en Bulgarie. Créer une manifestation similaire où chaque artiste ouvrirait son lieu de travail dans un parcours nocturne de la création pourrait être une solution créant le lien entre étrangers et autochtones.

 

Nous avons rencontré entre autre Monsieur Lhotte, Directeur Général de la Société Générale. L’entretien ne s’est pas déroulée avec succès. Le projet pilote que nous lui avons soumis, projet d’échange entre artistes de Varna et de Bordeaux, n’a pas retenu son attention. La Société Générale développe un programme d’échanges universitaires entre Sophia et Paris et ne souhaite pas développer de résidences d’artistes entre Bordeaux et Varna ou soutenir des structures indépendantes dans le cadre de financement mixte, publique/privé. En revanche la notion de « prix de la jeune création Société Générale » a su éveillé en lui un intérêt certain. Il souhaite que nous puissions lui proposer une autre version ciblée sur Varna et moins onéreuse. Envoyer la création bulgare en France ne le séduit pas. C’est une première en tant qu’opérateur culturel et je suis vraiment déçue de ne voir que peu d’intérêt au projet. La Société Générale est la troisième banque de France qui a depuis peu, inauguré sa collection d’œuvres d’art contemporaine à PARIS et aucune œuvre bulgare n’est représentée.

 

Point très positif du côté bulgare, j’ai pu constaté que l’enseignement de la pratique artistique fait partie à part entière de la culture. En visitant l’exceptionnel « Lycée National des Arts et des Lettres », l’apprentissage des matières artistiques comme la musique, le dessin ou la sculpture s’enseignent dès la sixième. Les compétences techniques sont prioritaires et se diffusent au travers des différentes matières autour de thématiques communes. La notion de transversalité est déjà présente depuis longtemps, aussi bien dans les sujets que chez les professeurs qui présentent eux aussi leurs travaux dans une galerie intégrée à l’école. Nous sentons très clairement une forte union dans le corps enseignant, une certaine recherche d’enseigner l’excellence. Le cas de cet établissement est particulier, car il a acquis le titre de « Lycée National » et s’apparente aux écoles des beaux-arts en France. Cependant l’art conceptuel est peu abordé dans leur cursus de formation. Ce qui a pour conséquence de ne produire que peu de contemporains. Les artistes contemporains émergent plus tard, ce sont des énergies vives qui se battent pour faire exister la scène contemporaine locale.  La directrice Madame Kratuchunova souhaiterait trouver un lycée en France ou des structures indépendantes en Europe pour la mise en place d’un projet articulé sur le développement durable qui permettrait des échanges entre les élèves, des artistes intervenants en ateliers ou administrateurs.

 

Loin d’être un obstacle, les différences entre nos deux cultures ouvrent des perspectives de travail en alliant les compétences et les volontés de chacun. Un séjour plus long permettrait la conception de projets concrets et lancer plusieurs projets de petite ou grande envergure, pour renforcer le dialogue interculturel.

 

Les Pays de l’EST et précisément la Bulgarie sont des espaces en devenir dans le domaine des arts contemporains. Un travail plus rapproché entre opérateurs culturels et les artistes, pourrait renforcer le dialogue et créer une scène alternative des arts actuels dans le pays pour rompre avec le silence de l’Est.

 

Anne-Karine Péret, Fondatrice de l’Espace29

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s